Parallèlement à des études de Lettres modernes (il est licencié de lettres de la faculté de Paris-Nanterre), Philippe Hersant suit au Conservatoire de musique de Paris les classes d’harmonie de Georges Hugon, de contrepoint d’Alain Weber et de composition d’André Jolivet. Il y remporte un prix d’écriture.

Il passe deux ans à la Casa de Velázquez à Madrid (1970). À son retour à Paris il entre au département de musicologie de Paris IV comme enseignant et débute sa collaboration àFrance Musique (dont il est toujours un collaborateur régulier). Il reniera ou détruira toutes les œuvres écrites durant cette période.

En 1978, il entre à l’Académie de France à Rome et compose son opus 1, Stances, pour orchestre, puis l’opéra de chambre Les Visites espacées (créé au Festival d’Avignon en juillet 1983) et qui connait un certain retentissement. Suivront essentiellement des œuvres orchestrales : Spirales, Méandres pour violon et orchestre, Aztlan et la Missa brevis pour 12 voix et orchestre.

Radio France lui commande un quatuor à cordes. Par la suite, entre 1985 et 1992 il écrit un second quatuor à cordes (Nachtgesang), un concerto pour violoncelle et orchestre de chambre, un sextuor et diverses pièces solistes (Hopi pour basson, Pavane pour alto,Melancholia pour contrebasse).

Il travaille alors également pour le théâtre. Ainsi, avec le tandem Jean Jourdheuil et Jean-François Peyret, il travaille à Paysage sous surveillance, La Route des chars de Heiner Müller, Lucrèce : de la nature des choses. Cette collaboration présentera au Festival d’Avignon 1991 Landschaft mit Argonauten, partition pour 12 voix mixtes et 8 trombones.

Son opéra Le Château des Carpathes (sur un livret tiré du roman Le Château des Carpathesde Jules Verne) est d’abord créé dans une version orchestrale au Festival de Montpellier en 1992, puis en octobre 1993, à l’Opéra-Comédie de Montpellier, dans une mise en scène d’André Wilms et un décor de Nicky Rieti.

Philippe Hersant écrit à cette époque pour la voix — ainsi le cycle de mélodies sur des poèmes d’Hölderlin Lebenslauf en 1992, L’Infinito (1993) pour 12 voix mixtes a cappella, sur un poème de Leopardi et Aus Tiefer Not (Psaume CXXX) (1994) pour 12 voix, viole de gambe et orgue — ainsi que des miniatures où transparaissent ses recherches sur le timbre des instruments et les nouvelles techniques de jeu — 8 pièces pour basson et ensemble instrumental, 8 duos pour alto et basson, 11 caprices pour 2 violons, 5 miniatures pour flûte alto, Chants du Sud, pour violon

Il devient en septembre 1998 compositeur en résidence auprès de l’Orchestre national de Lyon.

Toute l’actualité de Phillippe Hersant sur musique-nouvelle.fr

Plus de Phillippe Hersant

Catalogue des Oeuvres

Discographie

Contact